Les sages-femmes racontent

Bien que l’accouchement à domicile (AAD) soit autorisé et encadré par la charte de l’association des sages-femmes libérales, en pratique, l’AAD suscite méfiance et rejet d’une partie du corps médical. Dans un contexte d’écoute de la parole des femmes qui dénoncent les violences obstétricales, réalité reconnue par le gouvernement, la possibilité d’accoucher chez soi, en sécurité, accompagnées par la sage-femme qui nous a suivis tout au long de la grossesse, apparaît plus importante que jamais.

Rose Faugeras

Rose Faugeras est sage-femme libérale à Guéret. Elle accompagne les femmes dans leur suivi gynécologique, dans leur grossesse et pratique également le suivi global de grossesse en accompagnant les accouchements à domicile pour les femmes qui le souhaitent. Rose est une sage-femme expérimentée. Elle offre un suivi de santé global de qualité. Les femmes y sont écoutées, soutenues et entendues dans leurs choix et leurs besoins. Pourtant, aujourd’hui, elle a été radiée de l’ordre des sages femmes. La résistance s’organise autour de son cas.

Le 3 décembre 2019, Rose Faugeras a été convoquée devant la chambre disciplinaire des sages-femmes, tribunal composé de sages-femmes dont aucune n’accompagne les accouchements à domicile ou ne pratique en libéral. Elle a fait l’objet d’une plainte de l’ARS (Agence régionale de santé), suite à un problème infectieux rencontré par deux patientes aux lendemains de leur accouchement. Orientées alors par Rose, ces deux mères ce sont rendues à l’hôpital où elles ont été soignées, sans séquelle ni pour elles ni pour leurs bébés. Mais il est reproché à Rose un retard dans sa prise en charge, et pour cela, elle est radiée à vie de l’ordre des sages-femmes.

Change.org

Pour Rose Faugeras

PETITION

POURQUOI?
Le 3 décembre 2019, Rose Faugeras a été convoquée devant la chambre disciplinaire des sages-femmes, tribunal composé de sages-femmes dont aucune n'accompagne les accouchements à domicile ou nepratique en libéral. Rose a fait l'objet d'une plainte de l'ARS (agence régionale de santé), suite à un problème infectieux rencontré par deux patientes aux lendemains de leur accouchement. Orientées alors par Rose, ces 2 mères ce sont rendues à l'hôpital où elles ont été soignées, sans séquelle ni pour elles ni pour leurs bébés. Mais il est reproché à Rose un retard dans sa prise en charge et pour cela elle est radiée à vie de l'ordre des sages-femmes.

Pour Marie-Line Perarnaud

PETITION

POURQUOI?
Marie-Line Perarnaud est sage-femme libérale. Elle pratique l’accouchement à domicile depuis 1993. Suite à la naissance d’un bébé mort-né en 1999, une procédure en correctionnelle menée par le Tribunal de Grande Instance de Bayonne s’est conclue en 2002 par une relaxe au pénal.
En 2004, la famille a déposé plainte devant le Conseil de l’Ordre Départemental des Sages-femmes. La plainte a été reçue et l’audience devant le Conseil Régional, conseil disciplinaire, s’est tenue le 17 septembre 2009.
Le Conseil Régional a prononcé la radiation de Marie-Line Perarnaud.

Pour Françoise Souverville

PETITION

POURQUOI?
Françoise Souverville a pratiqué aux USA près de 2000 accouchements sans aucune difficulté majeure, dont un grand nombre de merveilleux accouchements à domicile avec des parents bien préparés et toute la sécurité nécessaire.
Or en France, il est arrivé pour la première fois dans sa carrière qu'un nouveau-né décède soudainement trois heures après sa naissance, alors que tout s'était bien passé et qu'il avait déjà pris sa première tétée. Ce fut si soudain que même en milieu hospitalier, il semble que l'enfant n'aurait pu être sauvé. Malgré leur grand chagrin, les parents n'ont pas porté plainte, ils estiment que toutes les précautions avaient été prises.
Pourtant Françoise Souverville est accusée d'homicide involontaire.

Pour Elisabeth Lathuille

PETITION

POURQUOI?
Elisabeth Lathuille est sage-femme libérale dans le 74, elle accompagne des accouchements à domicile (AAD) et en plateau technique au centre hospitalier d’Annecy
En 2010, la sécurité sociale a fait une enquête avec l'objectif (selon ce qui a été dit), de connaître ses activités et de réfléchir à une prise en charge des mères en retour précoce à domicile par des sages-femmes libérales.
Cette enquête se solde, pour elle, par un redressement financier en partie injustifié (refus de prendre en compte les cotations des visites après naissance pour les AAD, frais de déplacement non pris en charge par la sécu) et par un dépôt de plainte du conseil de l’ordre des sages-femmes notamment pour défaut d’assurance!